LYRIC / PARODDI / PARULLE / CANTI

Parfois les états se transforment en machines à broyer les identités, oubliant que la richesse du genre humain réside avant tout dans sa diversité et sa capacité à échanger.

À nant’à li to passi, s’alzenu tante croce
Sottu à e staffilate calate sò e voce
Imperu assassinu tombi ancu u ricordu
È di u nostru sangue ùn sì mai à l’accordu

Tanti lochi sò morti sottu à e forze indegne
Tantu sangue virsatu, tante è tante catene
Oghje voli tumbà cultura è lingua nostre
Ma sappia chì l’idee ùn si mettenu in chjostre

Tante bugie dette, tante trappule messe
Cambianu i guverni, u discorsu hè u stessu
Noi ùn vulemu guerra vulemu a nostra pace
Mà tù cusì sdignoscu ci mandi sempre à ghjace

Ma falerà a piena, per pulisce a tarra
Ma scuppierà u tonu per piccià in e sarre
U focu di a vita, quellu di a vindetta
È saremu adduniti in pettu à e to saette

À l’orlu di l’avvene un antru versu spunta
Dumane tù sarè ghjudicatu da a Ghjunta
È per tanti castichi, tante tribbulazione
Cundannatu da l’omi à l’altare nazione

Jean-Yves Acquaviva \ Stéphane Ancey
Vitalba


Accumudatu by

Stephane Gutierrez

SPARTE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.