LYRIC / PARODDI / PARULLE / CANTI

Quel est ce roc abandonné, où vont ces voiles fugitives ?

L’Angleterre a-t-elle donc pardonnée ? Non, le captif est sur ses rives.

Et tranquille désormais, Il ne secouera plus sa chaîne…

Il dort, il dort à tout jamais, sur le rocher de Sainte-Hélène

Il mesura de son regard tous les déserts de l’Arabie.

Les rochers du grand Saint-Bernard et les glaçons de la Russie.

L’univers qu’il a parcouru, semble devenir son domaine.

Tant de grandeurs ont disparu, sur le rocher de Sainte-Hélène.

Je ne puis vous embrasser tous, dit-il à ses compagnons d’armes.

J’embrasserais bien le drapeau, ses mots lui firent couler des larmes.

Je veux qu’il flotte sur mon tombeau, avec mon aigle et ma vieille garde.

Mon île les faisaient trembler encore, sur le rocher de Sainte-Hélène.

Réécris et interprété par Tony Toga


Accumudatu by

Cyril Gutierrez

SPARTE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.